• Mathilde Natpro

André Grevisse (Domaine Bio-Vallée) : de la « Méthode Sencier » au désir de maitriser sa filière


Pour André, Romain et Gil Grevisse, l’agriculture est avant tout biologique mais aussi l’opportunité de maitriser sa filière, des champs à l’assiette. Dans leur ferme de 147 ha, se trouvant à Habbay-la-Vieille, ils élèvent environ 300 vaches Angus, des moutons noirs du Velay et Zwartbles et cultivent 5 ha de maraîchage. Nous les avons rencontrés dans le cadre d’une visite du Système Participatif de Garantie de Nature et Progrès.

Par Clément Letailleur


Bio-Vallée, une adaptation constante

André a toujours cherché à faire évoluer sa ferme pour garantir sa pérennité. « Quand j’ai entamé la reprise en 1978, la ferme était orientée vers une production de viande en Blanc-Bleu avec un passé dans le Blanc-Bleu mixte, j’ai commencé alors une réflexion sur l’avenir de la ferme car selon moi, le modèle n’était plus viable ». En conséquence, il décide d’orienter son élevage vers des Angus, en 1995.


Alors que le liseron et la menthe sauvage envahissent de manière incontrôlable une de ses terres, un conseiller agricole lui dira : « La nature se rebelle, mais ne vous inquiétez pas, on va finir par trouver un produit pour la mater ! ». C’est l’événement déclencheur pour André et il se renseigne alors sur l’agriculture biologique. C’est ainsi qu’il fait la rencontre de Michel Sencier, un agronome français qui a sillonné la Belgique et la France pour diffuser des conseils techniques sur l’agriculture biologique, encore agriculture de niche à ce moment. Le domaine Bio-Vallée est alors labelisé bio en 1998.



En 2007-2008, un de ses clients lui fait remarquer, à juste titre, qu’il y a un manque de légumes bio dans la région. Cela tombe bien, André fait la rencontre d’un jeune homme voulant s’installer en maraîchage et il l’engage alors pour le développer sur sa ferme. Une fois de plus, il arrive à s’adapter et innove en proposant des paniers légumes qui eurent un franc succès durant une dizaine d’années. Avec l’envie toujours présente de rester proche de sa clientèle, il ouvre en 2010 un magasin à la ferme avant de l’installer à Vance, où est aujourd’hui proposée, en plus des légumes et viandes de la ferme, une large gamme de produits bio (locaux, quand cela est possible).



Aujourd’hui, la ferme travaille avec quatre temps plein, André, ses deux fils Gil et Romain et un ouvrier maraîcher, alors que le magasin emploie 5 personnes. La production de la ferme y est disponible ainsi que sous forme de colis de viande à un listing de clients habituels. Ils fournissent également des hamburgers congelés et quelques légumes à des restaurants et des écoles. Dans une volonté de s’adapter à sa clientèle, André décide de faire déménager son épicerie pour élargir sa gamme de produits proposés. Les travaux sont en cours à proximité du magasin actuel et la futur surface est impressionnante. Il compte ajouter dans celui-ci un atelier boucherie, une boulangerie bio mais également une chocolaterie bio afin de ravir vos papilles.


Continuer à maitriser sa filière tout en se développant

Pour André, c’est clair : « Ça ne sert à rien de produire si tu ne maîtrises pas toute la chaîne ». Son objectif est simple, il veut connaître toutes les étapes entre la production et l’assiette de ses clients. Même si l’on peut trouver cela normal, ce n’est pas si évident pour tout le monde. C’est pourtant l’une des valeurs primordiales chez Nature et Progrès ! Ceci passe surtout par une réflexion constante sur l’autonomie à l’échelle de la ferme. L’élevage est principalement basé sur l’herbe avec 120 hectares de prairies, complétés par 20 à 30 hectares de céréales et méteil. Lorsque cela ne suffit pas à nourrir les bêtes, André complète la ration auprès de Fayt-Carlier.

Au niveau du maraîchage, une partie des plants est autoproduite à partir de semences de chez Voltz (tomates, poivrons, courges, poireaux, ...) et le reste est acheté à l’Archenterre. Toute la production légumière part au magasin. La gamme est complétée par des achats via des distributeurs bio (Biofresh, Interbio) mais le client est bien renseigné sur ce qui provient de la ferme ou d’ailleurs.



Une grande partie des travaux agricoles sont réalisés par eux-mêmes, la ferme étant bien équipée en machines de désherbage mécanique, avec notamment le fameux Actisol dont André ne tari pas d’éloges ! La moisson et la récolte finale de l’herbe sont déléguées à une entreprise agricole.


Créateurs du registre belge pour la race Angus, les Grevisse sont très attentifs à la sélection de leurs bêtes. « Une bonne bête c’est avant tout une bonne tête et 4 bonnes pattes ! » nous dit André. Sur base de la monte naturelle (la ferme compte actuellement 5 taureaux), ils réalisent une sélection génétique leurs permettant d’avoir un troupeau en constante amélioration, avec en priorités : la maniabilité et le caractère de l’animal, la rusticité, la capacité d’ingestion d’aliments, la production laitière (pour la croissance du veau) et depuis peu la marbrure de la viande. Romain, souhaiterait orienter cette sélection grâce à des vaches « d’élite ». « Mais attention à bien conserver la rusticité des animaux » prévient André. « Ce qu’on gagne en viande, on le perd ailleurs ! ».


André, Romain et Gil chez N&P

Le Domaine Bio-Vallée fait partie des fermes qui incarnent le modèle polyculture-élevage prôné par Nature & Progrès. Sorte de ranch à la gaumaise, il mériterait un effort sur l’accès à de l’ombrage dans certaines prairies. On espère également que le projet de récupération de l’eau de pluie des toitures des étables verra le jour.


Pour André, Nature & Progrès est le garant de la défense des valeurs initiales de l’agriculture biologique, comme lui l’a toujours fait. En effet, le fait de « mater la nature » lui semblait tout simplement impossible pour un agriculteur. « Nature & Progrès ce sont aussi des agriculteurs qui travaillent à leur autonomie, qui sont indépendants de l’industrie. Et ça pour moi c’est très important ! Quand on voit la tournure que prend notre agriculture, même bio, ça reste encore et toujours important de défendre ces valeurs ! ».

 

Domaine Bio-Vallée André, Romain et Gil Grevisse Magasin : Rue de la Semois 167, 6741 Étalle Ouvert du lundi au samedi, de 9h00 à 19h00 (18h00 le samedi) http://biovallee.e-monsite.com

 

88 vues0 commentaire